Nos tutelles

nos membres

Rechercher




Accueil > APPELS D’OFFRES > Stages, thèses, post-docs > Bourses de thèse > Les mécanismes de défense vs sénescence dans les nodosités de Medicago truncatula

Les mécanismes de défense vs sénescence dans les nodosités de Medicago truncatula

publié le

Recherche d’un(e) candidat(e) pour le concours de l’école doctorale Sciences du Végétal (ED SdV, Université Paris- Saclay, Université Paris-Sud) pour le sujet s’intitulant : "Les mécanismes de défense vs sénescence dans les nodosités de Medicago truncatula" dans l’équipe "Contrôle génétique de la symbiose" à l’IPS2 ( 91405 Orsay).

Résumé :
Les légumineuses sont à l’origine de l’enrichissement en azote des sols cultivés grâce à leur interaction symbiotique avec les bactéries rhizobia. Cette association résulte en la formation d’un nouvel organe sur la racine de la plante, appelé la nodosité. Cet organe symbiotique est capable de survivre malgré l’invasion massive des bactéries. Un contrôle fin du statut immunitaire des cellules de nodosités est requis pour permettre la mise en place et le fonctionnement des nodosités (fixation de l’azote). Une phase chronique d’infection est ainsi établie qui peut perdurer des semaines avant que la senescence des nodosités s’installe. La sénescence et l’immunité sont deux processus physiologiques importants dans le devenir de la nodosité. Cependant, leur régulation pendant la symbiose et les mécanismes impliqués sont encore mal connus.

Au cours de ce projet de thèse, nous proposons d’étudier les mécanismes de défense vs senescence chez la plante légumineuse modèle Medicago truncatula à l’aide de deux nouveaux mutants nod+fix-. Les gènes mutés chez ces lignés sont en cours de caractérisation au laboratoire et devraient être identifiés avant le début de la thèse. Ces gènes et ceux issus de l’étude transcriptomique associée à ces mutants, seront positionnés dans le modèle de régulation des mécanismes de défense et de
sénescence des nodosités décrit précédemment (Berrabah et al. 2015). Le développement, la physiologie et le contenu en hormones des nodosités mutantes seront aussi étudiés. L’ensemble des données contribuera à identifier des acteurs de l’immunité et de la senescence au cours de la symbiose rhizobienne et comprendre leurs rôles dans l’établissement de la phase chronique.

La date limite de candidature sur le site de l’ED SdV est le 30 mai 2019 à minuit.
Le site de l’ED SdV pour candidater est : http://www.ed-sciences-du-vegetal.u-psud.fr/Rejoindre%20notre%20ED/Le%20concours%20annuel.htm

Les candidat(e)s intéressé(e)s prendront contact avec
Marie Garmier (marie.garmier@ips2.universite-paris-saclay.fr)
et
Véronique Gruber (veronique.gruber@ips2.universite-paris-saclay.fr).